Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

ITW Isaïa Cordinier : « Devenir un joueur NBA à part entière, peu importe le temps qu’il faudra »

Publié par le 24 juillet 2017               
2017 Las Vegas Summer League - Atlanta Hawks v Houston Rockets

Drafté par les Atlanta Hawks en 2016, l’athlétique arrière Isaïa Cordinier (1m96, 20 ans) ambitionne d’intégrer la grande ligue américaine dans les années à venir. Il s’est confié.

Tout d’abord, quel bilan tires-tu de ta saison avec les Sharks d’Antibes pour ton retour dans ton club formateur ?
Je pense que j’ai fait deux saisons en une. La première partie a été compliquée et la deuxième partie de saison a été plus dans ce que j’espère produire. Je ne peux pas être satisfait totalement, mais cette saison m’a beaucoup appris. Je suis content d’avoir pu sortir la tête de l’eau, d’avoir été performant et de finir fort dans la deuxième partie de saison.

Sachant que tu as grandi en cadets et espoirs à Antibes aux côtés de ta famille, puis que tu as évolué en Pro B à Evreux et Denain, y a-t-il des avantages de porter professionnellement le maillot du club de sa ville ?
Jouer pour son club de cœur, devant sa famille et ses amis, c’est toujours que du bonheur. C’est un petit plus.

A propos de ton parcours, est-ce une fierté d’avoir été le premier joueur français sortant de Pro B à être drafté en NBA ?
Oui, forcément un petit peu, mais ça ne signifiera rien si je m’arrête à ça. Ce n’est pas une fin en soi. Mon objectif est de devenir un joueur NBA à part entière, peu importe le temps qu’il faudra.

Avec le recul, y a t-il néanmoins une petite déception de ne pas avoir réussi à accrocher une place au premier tour ?
Oui, c’était l’objectif premier, mais combien de joueurs du premier tour n’ont pas duré en NBA ? Et combien du deuxième tour sont parmi les meilleurs joueurs de cette ligue ? Quand je pense à des joueurs comme Ginobili, Isaiah Thomas, Draymond Green… Ca me motive encore plus justement.

Avant ta sélection à la draft, il y a eu un buzz autour de toi. De nombreux scouts ont fait le déplacement en France pour t’observer, avant que tu sois invité au Hoop Summit puis que tu effectues des workouts chez la moitié des franchises NBA. Pour un jeune européen de 19 ans, est-ce que cet engouement est facile à gérer ?
Cela dépend, moi j’ai eu la chance d’être très bien entouré par ma famille, mes agents, mon ancien coach… Ca aide beaucoup et c’est un peu plus simple. C’est surtout une question d’environnement je pense.

Cet été, tu viens de participer à ta deuxième Summer League NBA à Las Vegas avec les Atlanta Hawks, la franchise qui possède tes droits. Alpha Kaba, avec qui tu as déjà fait équipe avec les Bleuets dans la catégorie U18, était l’un de tes coéquipiers. Est-ce plus aisé d’aborder un tournoi de ce genre (où les individualités font le maximum pour se distinguer au détriment du collectif) en compagnie d’un compatriote ?
C’est toujours plus sympa d’avoir un compatriote dans l’équipe. Surtout, on avait déjà quelques repères ensemble puisqu’on avait joué ensemble au Championnat d’Europe U18.

En parlant de la sélection nationale, tu n’as donc pour l’instant disputé qu’une compétition internationale, sachant que tu n’as pas été retenu en U16 et que tu as été contraint de déclarer forfait pour l’Euro U20 en raison de pépins physiques en 2015, puis de ta draft l’an dernier. Comment vois-tu ton futur en Bleus ?
J’aurais aimé faire plus de compétitions internationales jeunes mais les circonstances en ont fait autrement. Cela n’empêche pas, je veux jouer en équipe de France. Représenter son pays, c’est la récompense du travail effectué et un privilège. Et puis mon père a une médaille de bronze en championnat du Monde et a fait quatrième aux JO. Je dois faire mieux que lui haha.

La G-League a été évoquée concernant ton avenir pour la saison prochaine. Que penses-tu de ce championnat ? Peut-il être un véritable tremplin pour toi vers la NBA ?
Rien n’est encore acté, je pourrais rester en France ou aller ailleurs en Europe. Le plus intéressant dans la G-League, c’est que je pourrais être au contact de l’équipe NBA au quotidien, et être sur le terrain pour mettre en œuvre ce que je travaille à l’entraînement, en plus de continuer à progresser. Ca leur offre plus de visibilité sur ce que je produis.

Les dernières News
Hebergeur d'image

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>