ascension Mike James - AS Monaco basket
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Elite : Les 4 basketteurs à l’ascension extraordinaire

Table des matières

🖊️ En manque d’inspiration pour créer des contenus de qualité (articles de blog, e-mails, etc.) ?

🤖 Testez gratuitement la puissance de l’IA avec l’outil Mark pendant 7 jours !

Le parcours des basketteurs américains en Europe est parfois incroyable. Pour certains d’entre eux, leur ascension ressemble à un film de fiction. Leur success story est enviable par nombre de détracteurs et jaloux qui rêvent de percer au haut niveau. S’ils ont réussi à atteindre un statut confortable et un salaire mensuel de 5 à 6 chiffres, c’est qu’ils ont persévéré. Et surtout, qu’ils n’ont jamais douté. Ils ont toujours cru en eux et en leurs ambitions. Tous ne sont pas de nationalité américaine, mais voici les quatre basketteurs d’Élite qui ont connu une ascension folle ! Dans la division inférieure, on retrouve aussi une poignée de joueurs aux parcours atypiques.

Mike James

Le basketteur le mieux payé de l’Histoire du championnat de France est longtemps passé inaperçu aux yeux des recruteurs. Lors de sa dernière année de lycée, les universités ne se bousculaient pas pour lui offrir une bourse. Avant de rejoindre la saison suivante une équipe NCAA, Mike James a dû faire ses preuves en JUCO (Junior College). A cette époque, rien ne l’aurait prédestiné à devenir une star en Europe. Encore moins un joueur NBA. Pourtant, le natif de Portland possède les deux statuts. Aux États-Unis, il a porté les couleurs des Suns, des Pelicans et des Nets. Sur le Vieux Continent, James a été le meilleur marqueur de l’Euroleague en 2019. Sept ans plus tôt, il débarquait en Croatie puis en deuxième division israélienne en tant qu’anonyme. Avant de s’engager avec Monaco, les Lakers étaient intéressés pour lui proposer un rôle en sortie de banc.

Ismaël Kamagate

Il est arrivé au Paris Basketball sur la pointe des pieds à l’été 2019. En deux ans, le pivot de 2m11 a changé de dimension. De galaxie même ! Comme on le racontait déjà en avril 2021, son ascension est fulgurante. Devenu partenaire d’entraînement de l’équipe de France A, Kamagate est en passe de réaliser son rêve américain à la fin de la saison. Les prévisions pour la prochaine draft NBA l’annoncent entre la fin du premier et le milieu du second tour. En 2022, il fait partie des meilleurs prospects français. Que de chemin parcouru pour ce jeune prodige de 21 ans ! Il y a trois ans, il évoluait encore en cadets France et NM3 avec le centre de formation d’Orléans. Dans le Loiret, il ne s’entraînait même pas au quotidien avec l’équipe professionnelle. Bosseur et ayant la tête bien fixé sur les épaules, Ismaël Kamagate possède un avenir radieux.

Ronald March

Ronald March a connu trois programmes différents au cours de son cursus universitaire. Et clairement pas le gratin du sport américain ! En toute objectivité, une carrière en tant que basketteur professionnel était alors loin d’être promise à l’actuel cadre de la Chorale de Roanne. Sa détermination et persévérance lui auront permis de décrocher un premier contrat en Inde. March était clairement au dessus du lot dans ce championnat asiatique de quatrième zone. Il s’est ensuite vu offrir une opportunité en deuxième division luxembourgeoise. Puis en Suisse la saison suivante. C’est alors qu’Aix-Maurienne s’est laissé séduire par les qualités de finisseur de l’ailier américain. Ronald March y a découvert le championnat de France et la Pro B. En fin dénicheur de talents sous-côtés dans l’élite, Jean-Denys Choulet en a fait son go-to-guy depuis 2020. A Roanne, March est devenu un très bon joueur de première division française.

Chris Jones

Excellent avec LDLC ASVEL tant en championnat de France qu’en Euroleague, Chris Jones revient de loin. Il y a encore six ans, personne, à part lui-même, n’aurait pu imaginer qu’il excellerait au plus haut niveau européen. Au terme de son cursus universitaire au sein d’une organisation de seconde zone, le combo guard américain a commencé à travailler dans une usine à glaces pour gagner sa vie et nourrir sa famille. Et ce, avant de recevoir un coup de fil et de filer du côté de Tuv Ajmag. Débuter sa carrière de basketteur professionnel en Mongolie n’est clairement pas optimal. Cependant, Jones a réussi à rebondir en Suisse la saison suivante. Puis en Belgique un an plus tard. Déjà mieux !

Une fois en Europe, l’intéressé pouvait alors gravir les marches une à une. Repéré et signé par le club turc de Bursaspor Durmazlar en 2019, le natif du Texas ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Au point d’attirer l’attention du Maccabi Tel-Aviv, club israélien mythique ! Une véritable success story à l’américaine !