pouvoir des entraineurs
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Quel est le pouvoir des entraîneurs en 2022 ?

Table des matières

🖊️ En manque d’inspiration pour créer des contenus de qualité (articles de blog, e-mails, etc.) ?

🤖 Testez gratuitement la puissance de l’IA avec l’outil Mark pendant 7 jours !

La place des entraîneurs dans une organisation sportive est primordiale. Dans une équipe de haut niveau, le head coach établit son effectif, entraîne ses joueurs au quotidien et établi les stratégies à mettre en place. En match, il dicte les rôles et temps de jeu de chacun, les systèmes et consignes de jeu.

Dans la hiérarchie d’un club pro, le coach possède un statut de cadre. Il se situe en dessous des dirigeants, à qui il doit rendre des comptes. C’est une personnalité qui est censée avoir une autorité sur ses joueurs. Ces derniers se doivent de l’écouter et d’appliquer ses consignes. Cela fait partie des obligations d’un basketteur professionnel. Le coach est le supérieur hiérarchique des athlètes. Des sanctions sont applicables en cas de non respect.

Cependant, on constate de plus en plus de dérives dans le basket de nos jours. Certains athlètes tournent le dos à leur entraîneur et celui-ci se retrouve parfois pénalisé à leur place. On ne compte plus les changements d’entraîneur ayant eu lieu à cause de ce problème. En cas de soucis dans un groupe, il est en effet plus facile de remplacer le coach que plusieurs joueurs…

« Les joueurs dictent tout. Le coach n’a plus de pouvoir. » Penny Hardaway au micro de Sports Illustrated

Le rapport de force entre les coachs et les joueurs s’est rétréci, et a même fini par changer de camp. C’est une évidence. Ancien basketteur NBA respecté, Penny Hardaway est devenu coach d’une université américaine ambitieuse. Et ce, comme d’autres anciennes stars de la balle orange. Pour le magazine Sports Illustrated, il s’est confié sur ce phénomène touchant tous les niveaux. Dont le championnat NCAA, où la plupart des pépites évoluent avant de partir en NBA… Pour les recruter, il faut satisfaire toutes leurs exigences. Les jeunes vedettes décident des coéquipiers avec qui ils vont jouer, du coach qui va les développer…

« Les joueurs dictent tout. Le coach n’a plus de pouvoir. A l’époque, ton coach était tout. Comme une figure paternelle. Particulièrement au lycée et à l’université. Maintenant, ça ressemble plus à des partenaires de business. Avant, c’était « Je te donne une bourse sportive. Tu écoutes ce que je te dis, et tu seras tranquille ». Aussi, si tu avais de mauvaises notes à l’école et que tu faisais des choses qui n’étaient pas satisfaisantes pour le coach, les parents donnaient l’autorisation pour te discipliner. Dans le Monde d’aujourd’hui, ça ne fonctionne plus comme ça », raconte l’ancien double All-Star NBA, occupant désormais le poste de coach des Memphis Tigers.

Son témoignage apporte des éléments concrets qui montrent bien l’évolution qui a été opérée au cours des trente derniers années. Les mentalités ont changé. Le respect de la hiérarchie et de ses aînés a pris un coup. Le moindre caprice des stars est résolu. Pour ne pas se les mettre à dos, les coachs et dirigeants doivent se plier à tous leurs désirs. S’ils décident de leur faire face, c’est l’assurance de les perdre…