Raphaël Giaimo
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Insolite : Quand Raphaël Giaimo (2m10, 120 kg) démolissait les raquettes en senior départemental

Table des matières

🖊️ En manque d’inspiration pour créer des contenus de qualité (articles de blog, e-mails, etc.) ?

🤖 Testez gratuitement la puissance de l’IA avec l’outil Mark pendant 7 jours !

A l’instar du trèfle à quatre feuilles, Raphaël Giaimo (26 ans) porte bonheur. Le pivot français dispose d’un physique rare (2m10, 120 kg). Ayant participé à trois ascensions de Nationale 2 à Nationale 1 avec trois clubs différents (Union Tarbes-Lourdes Pyrénées Basket, Caen Basket Calvados et Cep Lorient Basket-Ball), l’actuel poste 5 titulaire lorientais dispute actuellement sa deuxième saison en carrière au troisième échelon national. Et il est plutôt en réussite (8.7 points et 4.3 rebonds pour 11 d’évaluation en 19 minutes).

Mais avant d’entrer dans le monde professionnel en 2011, ce basketteur tatoué et imposant a effectué quelques matchs deux ans plus tôt chez lui, à Marignane, au plus bas niveau départemental. Il raconte cette anecdote croustillante.

« Je tournais à environ 40 points et 20 rebonds de moyenne par match » Raphaël Giaimo

« J’étais Espoir à Besançon. Le club venait de déposer le bilan en début d’année. Je savais que j’allais partir aux États-Unis pour le basket et les études. Mais, entre temps j’avais besoin d’un endroit pour m’entraîner un peu et garder le rythme. L’un de mes premiers coachs, qui s’appelle Mohamed Aribi, était en train de créer son club. Il m’a dit : « Ecoute, moi si tu veux, j’ai un endroit où tu peux t’entraîner. Nous avons une salle pour shooter. Tu as à disposition toutes les infrastructures qu’il te faut. Tu peux t’entraîner avec nous. Et si tu veux, tu peux jouer ». Vu que je n’avais rien à faire et que c’était sûr que j’allais aux USA, j’ai accepté pour donner un coup de main. (…)

Je crois que je tournais à environ 40 points et 20 rebonds de moyenne par match. A ce niveau-là, les équipes n’ont pas l’habitude d’avoir des dunkeurs. Trois ou quatre clubs ont envoyé une lettre au comité départemental pour dire d’arrêter car ils avaient peur pour leurs paniers. Ils n’avaient pas vu ça souvent. (…)

C’était bien, on avait une bonne équipe. Malheureusement, il y a eu des problèmes de financement avec la municipalité qui ne suivait pas. Donc le club n’a pas perduré. Mais je pense qu’actuellement, il serait peut être en Pré-Nationale ou Nationale 3. C’était le but. »