Amara Sy
© Alan Le Bolloch / bolloch.com

Interview Amara Sy : « Être le plus polyvalent possible »

Table des matières
Avec 13.6 pts, 6.1 rbds et 2.7 pds en 32.6 min en moyenne depuis le début de l’exercice, l’ailier de l’ASVEL fait partie des tous meilleurs éléments de la Pro A cette saison. L’Amiral Amara Sy a accepté avec gentillesse de répondre aux questions de Basket-BallWorld. Entretien ! 
Quels sont tes objectifs individuels et collectifs cette année ?
Amara Sy : Mon objectif est d’être le plus polyvalent possible pour aider mon équipe à accrocher les play-offs.
L’ASVEL fait partie des favoris pour le titre en Pro A cette saison. Quels vont être selon toi vos principaux concurrents ?

Amara Sy : On est dans les favoris maintenant ?! LOL Tous ceux qui luttent pour les play-offs sont nos concurrents directs.

Blake Shilb déclarait récemment dans BasketNews que vous détestiez perdre l’un contre l’autre. Tu confirmes ?

Amara Sy : Je déteste perdre tout court… Moi je n’ai aucun problème avec lui.

En 2004, tu as été sacré champion du monde de un contre un. Que représente pour toi cette distinction ?
Amara Sy : Une superbe expérience et une très grand fierté pour moi car je suis issu des playgrounds.
Au cours de ta carrière, tu as décroché de nombreux titres de MVP. Y en a-t-il un qui soit plus important que les autres à tes yeux ?
Amara Sy : Oui, bien sûr, le titre de MVP de la finale de 2009 reste le plus important pour moi.

« J’aimerai bien rejouer l’Euroleague » Amara Sy

A ce jour, tu n’as goûté à l’Euroleague que durant une seule saison (ndlr : en 2001/2002 avec l’ASVEL). Est-ce quelque chose que tu as envie de revivre ? Que conserves-tu de cette expérience ?
Amara Sy : J’avoue que depuis que je me suis remis à regarder l’Euroleague à la TV, j’aimerai bien rejouer cette compétition pour pouvoir me re-frotter aux plus grosses cylindrées européennes.
En 2009, tu aurais pu rejoindre la NBA mais un problème de visa t’en a empêché. Est-ce le plus grand regret de ta carrière à ce jour ?
Amara Sy : Pas le temps pour les regrets.
Tu as néanmoins évolué quelques mois en D-League, avec le Bakerfield Jam, dans l’anti-chambre de la NBA. Que cela t’a t-il apporté ?
Amara Sy : Pas grand chose, à part le fait d’avoir eu l’occasion de fouler le parquet du Staples Center LOL.