Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

ad1

Interview avec Viviane Adjutor

Publié par le 11 février 2016               

Le guide pour devenir basketteur professionnel à seulement 34,90 € 🏀

Interview réalisée par Alexandre Daumur-Smith.

Peux-tu brièvement te présenter pour nos lecteurs ?
Je suis Viviane Adjutor, j’ai 22 ans. Je suis originaire de Picardie. Aujourd’hui, j’évolue au club de Charnay Bourgogne depuis le début de la saison 2015-2016.

Tu débutes le basket en 2003, dans le club de Beauvais. Pourquoi le choix de ce sport et puis de club ?
En effet je commence le basket à 10 ans. A l’époque, j’avais déjà essayé pas mal de sports genre natation, judo… Mais sans vraiment accrocher. Il y a toujours eu un ballon de basket qui trainait à la maison car mon père en a fait en amateur, et ça m’a attiré alors j’ai demandé à en faire. J’habitais Beauvais et à cette époque, il y a avait deux clubs de baskets là bas. L’un était plus réputé que l’autre car l’équipe phare masculine évoluait en Pro B. J’ai donc commencé le basket dans ce club du COB.

Il suffit de faire quelques recherches sur internet et on trouve que tu as intégré le pôle espoir basket d’Amiens. Pour beaucoup, le pôle espoir est une véritable expérience sportive (puisque les entraînements sont quotidiens) et humaine (puisque les joueurs sont internes donc tout le temps ensemble). Cette expérience a-t-elle été bénéfique sur ces deux plans ? D’un point de vue basket, que t’ont permis d’atteindre ces années au pôle ?
L’entrée au pôle espoir a été pour moi le début du basket en mode “compétition”. D’un point de vue sportif, on était l’un des seuls pôles à s’entraîner deux fois par jour, alors ça m’a permis d’apprendre à gérer ce rythme qui est celui du haut niveau. On travaillait bien individuellement techniquement ce qui m’a beaucoup apporté au niveau des fondamentaux. Humainement, on apprend la vie de groupe, la rigueur… Ce n’est pas toujours facile comme contexte quand on a que 13 ans mais ça permet aussi de réaliser déjà que pour réussir il faut faire des sacrifices! Heureusement, on vie ça en groupe et ça aide, d’ailleurs je fais un coucou à ma génération Picarde!!

Tu participes au tournoi interzones que tu remportes avec le Nord, tu es aussi championne de France, tu obtiens le brevet des collèges mention très bien, tu es également sélectionnée pour les équipes du département et de la région. Penses-tu que ce sont les facteurs de ton entrée au centre de formation de Calais en 2008 ?
Oui effectivement, ce sont de bons arguments “sur le papier” quand on postule à l’entrée d’un centre de formation, après je suis aussi allée faire des tests là bas qui se sont bien passés.

Pourquoi le choix de ce centre plutôt qu’un autre ?
Tout d’abord parce que le coach du centre formation de l’époque, qui est aujourd’hui le coach de l’équipe professionnelle, m’avait repérée dans un camp d’été et m’avait motivée à venir. Ensuite parce que l’équipe 1 évoluait en ligue féminine ce qui donnait au centre de formation un meilleur statut, et puis parce que géographiquement tout simplement, c’était pas trop loin de chez moi.

Rapidement, tu changes de centre de formation. Tu te diriges vers celui d’Aix-en-Provence. Pourquoi cette décision ?
Je n’ai pas passée une année très épanouissante côté basket à Calais. Et comme ma famille déménageait dans le sud pour des raisons professionnelles, j’ai postulé aux centres de formation de Montpellier et d’Aix en Provence. J’ai finalement choisi Aix qui correspondait plus à mon projet.

Que retiens-tu de ton expérience dans ces deux structures de formations sportives ?
Mon année à Calais a été difficile, j’ai commencé à m’entraîner avec l’équipe pro dès ma première année cadette et le coach m’en a fait baver. Ca m’a permis de me rendre compte de la dureté du monde professionnel, mais aussi que si je voulais y arriver ce serait aussi une question de patience et de persévérance surtout dans les moments difficiles.
D’Aix, je garde un très bon souvenir, j’ai fait un bout de chemin là bas, je suis restée 6 ans. Pendant ma période au centre de formation, j’ai été entrainée par Damien Leroux qui m’a beaucoup appris, j’ai été au contact de beaucoup de joueuses professionnelles qui m’ont beaucoup apporté également. Puis j’ai pu débuter ma carrière en jouant deux ans avec l’équipe de Ligue Féminine 2.

Peux-tu nous parler de tes différentes apparitions en haut niveau féminin (LFB) ?
C’était lorsque j’étais encore espoir au centre de formation à Aix. C’est comme une récompense quand tu t’entraînes avec un groupe toute la semaine et que le coach te donne l’opportunité de rentrer sur le terrain le samedi. Ça reste de bons souvenirs, maintenant j’espère revenir à ce niveau en tant que pro.

Et tes campagnes en équipe de France ? Comment les décrirais-tu ? Que représentent-elles pour toi ?
J’ai fait plusieurs stages de préparation en équipe de France jeunes, U16, U18. Ca m’a donné une référence du niveau attendu si je voulais faire partie des meilleures. Puis en U20 j’ai été au bout et j’ai participé au Championnat d’Europe, on a terminés 5e. Ca a été une expérience inoubliable qui m’a beaucoup motivée pour la suite.

702780_10201492613353781_864757257_n

Ainsi que de ta participation au 3×3. Qu’est-ce qui t’attire dans cette pratique du basketball ?
J’ai découvert le 3×3 au championnat de France Universitaire de 2014, j’ai participé au Championnat du Monde U que l’on a remporté, au dernier championnat de France à Clermont et puis à plusieurs tournois régionaux. J’adore cette discipline, c’est un basket beaucoup plus libre et où tout va plus vite et ça me plaît. Le fait que l’on soit 4 aussi, ça donne une équipe où les rapports humains sont super importants pour que ça marche, et ça donne de belles aventures à chaque fois.

En juin 2015, tu as obtenu une licence en psychologie. Pourquoi le choix de ces études ?
Ça a été tout à fait naturel car c’est un domaine qui m’intéresse énormément, et le rythme de la fac permet aussi de concilier le basket et les études.

D’après toi, il est important pour un sportif ou une sportive de continuer les études en même que sa carrière ?
Je pense que c’est très personnel, il faut trouver son équilibre et définir ses priorités. L’avantage quand on arrive à concilier les deux c’est que l’on peut plus facilement relativiser quand ça pêche d’un côté… Mais le risque quand on mène un rythme double comme ça c’est de ne pas pouvoir exploiter à fond ses capacités dans les deux domaines à la fois.

Quelle est la joueuse la plus impressionnante contre laquelle tu as joué ?
Je dirais Paoline Salagnac parce que je suis fan haha

Ton meilleur souvenir d’un match de basket que ce soit dans les tribunes, sur le terrain ou encore devant ta télévision ?
Je vis toujours le basket à fond, que je sois sur le terrain ou juste devant un match alors… sur le terrain je dois dire que lorsque l’on a gagné le championnat universitaire au Brésil c’était un moment magnifique. Et devant ma télé j’étais vraiment ouf quand les braqueuses se sont qualifiées pour la finale des JO.

Quels sont tes objectifs (sportifs ou non) à court terme ? A long terme ?
A court terme, j’aimerais rejoindre la Ligue Féminine, et à long terme mes objectifs n’ont pas vraiment de limites, je veux jouer au plus haut niveau.

Selon toi, quel est le meilleur joueur de basket entre LeBron James et Stephen Curry ?
Cette année je crois qu’on ne peut pas contester Curry !!!

Le Tournoi Qualificatif Olympique féminin va se dérouler en France. Tu comptes assister à certaines rencontres ?
Si je suis vers Nantes pourquoi pas, mais ce qui est sûr c’est que je suivrai les matchs.

Que penses-tu du dernier EuroBasket de Vincent Collet et ses joueurs ?
J’ai suivi de près, c’est dommage car on aurait tous espéré qu’ils gagnent cet Euro en France mais le groupe est en reconstruction et ils ont quand même eu le bronze alors c’est prometteur pour la suite.

On trouve quoi dans ton iPod ?
Tous les styles de musique

Peux-tu nous dire une de tes citations préférées ?
“Aide toi et le ciel t’aidera”. Pour moi ça veut dire qu’il faut faire les efforts nécessaires pour provoquer sa chance.

Si tu veux remercier des gens ou encore faire passer un message tu peux le faire ici.
Je remercie les coachs qui m’ont fait confiance et qui m’ont ouvert des portes. Et je remercie mes proches, famille et amis, de me soutenir en toutes circonstances!
Peace and love!!!

⬇️ GO SHOPPING

ad1

Articles récents

1 Commentaire

  1. Adjutor

    14 février 2016 at 1 h 46 min

    Tu es une fille formidable mon trésor!!!
    Bonne continuation et merci d’exister… Je t’aime

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.