Fans de basket, rendez-vous sur la boutique 3ptshot !

ITW Ana Cata-Chitiga : “Faire le nécessaire pour remporter un doublé”

Publié par le 8 octobre 2015               

Interview réalisée par Alexandre Daumur-Smith.

– Salut Ana. Merci de nous accorder de ton temps. Tes parents sont tout deux d’anciens sportifs de haut niveau. Ta mère était une joueuse de basketball et ton père un joueur de volleyball. Quels sont tes souvenirs de tes parents durant leur carrière ? Gardes-tu une image d’eux comme de grands travailleurs ? De grands compétiteurs ?
A vrai dire, je n’ai pas de souvenir quand mes parents étaient sportifs, juste des photos et ce qu’on me raconte. Ce que je sais c’est que ce n’était pas les mêmes époques et j’en conclu que nous sommes des privilégiés !

– Etonnamment ton premier sport n’est ni le basket ni le volley, mais bien la gymnastique. Pourquoi ce choix ? Quelles ont été les réactions de tes parents lorsque tu as annoncé que tu désirais pratiquer ce sport ? N’ont-ils pas été déçu que tu ne choisisses pas un de leur sport ?
Non pas du tout, j’étais une enfant et c’est bien aussi de faire d’autres sports avant d’en choisir un et s’y consacrer. Après, vu ma grande taille déjà, on m’a très vite orienté ailleurs !

– Tu es né à Bucarest en Roumanie. Que retiens-tu de ce pays ? Vers tes 6 ans tu rejoins la France car ta mère a trouvé un club à Lyon pour évoluer en tant que joueuse. Quelles sont les différences qui t’ont marqué entre la France et la Roumanie ? Le sport est-il considéré de façons différentes dans ces deux nations ?
Je retiens pas mal de choses quand même car j’ai encore des contacts fort là-bas? J’y retourne assez régulièrement, je parle couramment avec ma famille et j’adore la cuisine. Pour ce qui est des différences, bien sûr qu’il y en avait à l’époque, bien plus que maintenant car c’était un pays en pleine reconstruction après la chute du communisme et il y avait beaucoup de choses à développer mais maintenant le retard est assez bien rattrapé ! Maintenant, pour ce qui de la considération du sport dans les deux pays, je ne peux trop en dire car j’étais trop jeune et maintenant il y en a que pour le foot quasiment, mais à l’époque c’était très important de porter le plus haut possible les couleurs de la nation. Le reste, je ne sais pas !

– Tu débutes le basket à 9 ans en France, tu mesures alors 1m70. Comment se sont passés tes débuts, ton intégration dans ton premier club, ta place sur le terrain ? Parlais-tu déjà français ou la langue a été une barrière ?
Non, la langue n’a pas été une barrière. Quand on est jeune, on apprend vite ! Ma mère était ma coach et cela ne lui empêche pas de me parler « calmement » en roumain (rires). Et je ne vous cache pas que j’étais perdue quand même sur le terrain, mais vu que j’étais super grande, je m’en sortais à peu près ! Au niveau de l’intégration, c’était bien, tu es jeune, tu rigoles avec les autres filles de l’équipe et c’est le but aussi !

– Assez vite tu obtiens la nationalité française. Ce qui va te permettre de participer à l’Euro 2005. L’envie de représenter la France a toujours été présente ? Pourquoi la France plutôt que la Roumanie ?
Oui bien sûr cela va de soi, j’étais depuis longtemps en France et j’ai fait mon cursus ici. Et les filles parlaient toujours du championnat d’Europe et de l’insep durant mon année à toulouse et je voulais avoir la possibilité d’y aller aussi sans que ma nationalité pose problème !

– Jeune, tu joueras à Roanne (Rhônes Alpes) puis au Coteau, juste à coté de Roanne. Que retiens-tu de cette expérience dans ces terres très basket ? Es-tu allé manger chez Troisgros (grand restaurant de cette ville) ?
Ahaha non Troigros jamais un jour peut être ! C’est là-bas que j’ai commencé le basket, que je me suis fait des amies, donc c’est sûr que c’est un passage important de ma carrière. Quand je retourne à Roanne, je croise beaucoup de monde qui appartient au monde du basket là-bas et on reparle de quand j’étais « petite » mais déjà très grande (rires).

– Cette ville de Roanne dispose aussi d’une équipe de basketball masculine en Pro B (Pro A avant). Assistais-tu aux matchs quand tu pouvais ?
Non presque jamais car je faisais du basket comme ça et c’est quand je suis partie à Toulouse (insep cadettes maintenant) j’étais jamais à la maison. J’ai dû y aller que quelques fois !

– Ensuite, tu vas intégrer le centre fédéral basketball. L’INSEP. Pour beaucoup de joueurs cette étape est majeure dans leur carrière. C’est un tournant. De grands joueurs comme Tony Parker, Boris Diaw, Celine Dumerc… y sont passés. Quels ont été tes premiers ressentis lors de ton intégration de cette structure ? La première fois que tu as porté le maillot de l’INSEP, quelles ont été tes pensées ?
Comme je l’ai dit précédemment, ce n’étais pas sûr que je l’intègre, je l’ai su assez tard. Là, d’abord, j’étais trop contente car depuis le temps qu’on en parlait et puis après tu te dis Olalala c’est du sérieux quand même il y a tous ces sportifs ultra connus et performants, tu auras peut être la possibilité d’intégrer un club pro si tu vas à la fin du cursus etc etc… Donc une fois que tu y es, il faut tout faire pour y rester. C’était vraiment une très belle expérience et j’étais super contente de porter ce maillot car tu sais le prestige que c’est d’être dans un endroit comme celui-là pour un sportif.

– Peux-tu choisir trois mots qui, selon toi, caractérisent le mieux l’INSEP ?
Inoubliable, unique, performance.

– Tu as déjà fréquentés plusieurs clubs professionnels. Quel est celui où tu gardes les meilleurs souvenirs ?
Joker, à la fin de ma carrière je choisirai.

– Tu as 26 ans et déjà un grand palmarès puisque tu es 2 fois championne de France, 3 fois vainqueur de la Coupe de France, 1 fois vainqueur de la Fédération. Ainsi que en sélection nationale, 6 fois médaillées. Aujourd’hui, quand tu regardes ton palmarès, que te dis tu ? Pensais-tu un jour arriver à ce stade ?
Je ne me pose pas trop cette question à vrai dire et je n’ai jamais su si un jour déjà j’allais vivre de ma passion. Bien sûr que je suis contente d’avoir ces médailles car elles sont le fruit d’un travail ardu, riche en souvenirs aussi. Et plus j’enchaîne les saisons et plus je me dis que c’est difficile d’atteindre les finales alors sois heureuse de ce que tu as et pourvu qu’on en gagne d’autres !

– Récemment, nous t’avons vu avec l’équipe de France au championnat d’Europe féminin. Vous perdez la finale face à la Serbie. Peux-tu nous dérouler le match, comment s’est-il passé ?
Bon, même si je dis qu’il faut être contente de ce que tu as, cela n’empêche pas de ne pas aimer les défaites ! C’est la dure loi du sport et cette fois-ci c’était nous mais j’espère que nous aurons notre revanche. Le match est finalement passé très vite. Maintenant, reparler de comment s’est déroulé le match ne sert pas à grand-chose, il faut avoir les crocs pour les matches suivants.

– Depuis que tu pratiques le basketball, tu as senti une évolution du jeu ? Dans quel sens ? Le jeu est devenu plus technique, plus précis, plus physique ?
Je pense un peu oui, le jeu devient un peu plus physique mais c’est normal qu’il y ait ça car tous les sports ont cette évolution et les femmes n’y échappent pas non plus !

– Quel est ton meilleur souvenir avec l’équipe de France ?
Avec l’équipe de France jeune moins de 20 ans, nous avions terminé championnes d’Europe avec la génération 89 et sans prétention aucune nous ne l’avions pas démérité car on revenait de loin et ça avait enfin payé !

– Quels sont tes objectifs individuels et collectifs cette saison avec Bourges ?
Collectifs : ils nous ont été dits, maintenant c’est à nous de faire le nécessaire pour remporter un doublé mais on sait que la route est encore longue. Indiv : déjà bien revenir de ma blessure et ensuite être à mon meilleur niveau pour le mettre au service de l’équipe !

– Comment tu vois ton avenir, après ta carrière de joueuse ?
Je ne sais pas trop à vrai dire, j’ai fait des études mais on verra bien ou la vie me mènera !

– Selon toi, quelle est la meilleure joueuse de basketball en activité ? Et le meilleur joueur en activité ?
Gasol. Taurasi mais il y en a d’autres qui jouent très très bien !

– Durant l’Euro de basket 2015, Tony Parker a été beaucoup critiqué pour sa prestation pas à la hauteur de ce qu’il avait annoncé. Que penses-tu de cela, de ces critiques ?
Un joueur de l’envergure de Tony sait quand il est bon ou pas et c’est déjà assez frustrant, alors que les médias en rajoutent c’est d’autant plus dur ! Maintenant avec les réseaux sociaux, tout le monde y va de son propre avis même des gens qui n’ont jamais fait de basket et qui critiquent de leur canapé et ont tendance à vite oublier tout le reste qu’il a fait et surtout les efforts pour être toujours présent en EDF. Mais la critique est de plus en plus sévère car plus tu es médiatisé, plus tu dois être irréprochable ! Cependant, on est des sportifs et humains, non des robots !

– Tu as assisté à des matches dans l’immense arène de Lille ?
Non malheureusemet, cela avait l’air sensationnel pourtant !!!

– J’imagine que tu as regardé le match opposant la France à l’Espagne ? D’après toi, quelles sont les causes de la défaite ? Tu penses que Pau Gasol est protégé par les arbitres ?
Oui bien sûr, c’est un classico !! Je ne peux pas trop donner mon avis car c’est difficile d’être objective vu que je voulais que la France passe !! Mais quel joueur quand même ! Respect !

– Alors de l’Espagne, tu peux nous décrire le jeu de Alba Torrens et ses multiples distinctions personnelles de prestige ?
Ah oui elle aussi quelle joueuse !! C’est une joueuse de ma génération et déjà en moins de 16ans elle était une machine ! Elle est très grande et pour sa taille a une tres bonne aisance avec la balle, rapide elle a su développer son adresse aux tirs. Donc oui c’est une joueuse compléte ! Je crois que depuis qu’elle est jeune, elle collectionne les titres de MVP et les médailles on en parle même plus !

– As-tu des modèles dans le basketball ? Dans la vie quotidienne ?
Nowitzki dirk. dell donne elena ; Sinon pas de modèle dans la vie quotidienne mais j’essaie d’être proactive ! Pas toujours évident, j’y travaille !

– Quelques uns de tes films préférés ?
ahah quand j’étais jeune c’était love and basketball (du classique lol) maintenant difficile de faire un choix !

– Quelques uns de tes musiques préférées ?
En ce moment, j’écoute beaucoup the weeknd, son album.

– Ton parcours dans les études ?
bts commerce international et là je vais terminer mon dees marketing.

– Si tu souhaites remercier des gens, faire une remarque ou quoi que ce soit, tu peux le faire ici.
Merci pour cette interview !et vive le basket féminin !

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.