crédit photo : Emmanuel Roussel
 

Formé à l’Elan Chalon, l’ailier-fort Jean-Victor Traoré (2m04, 30 ans) a ensuite évolué durant sept ans en Nationale 1 avant de connaître ces deux dernières saisons en Pro B avec réussite avec Evreux puis Lille (12 points, 7 rebonds et 2 passes décisives en moyenne par match cette saison). Parce qu’il adore les défis et ne se fixe aucune limite, il vise désormais de rejoindre le championnat français le plus relevé. Entretien.

Bonjour Victor, comment allez-vous? Que faites-vous de vos vacances ?
Bonjour, je profite du temps libre pour faire un petit break, me reposer et surtout aller voir la famille et les amis, faire tout ce que je n’ai pas forcement le temps de faire en saison.. c’est-à-dire prendre le temps (sourires).

La Pro A, vous y pensez ?
Oui bien sûr, qui n’aimerait pas évoluer et se surpasser dans son travail ? Ca serait un nouveau challenge pour moi. Est-ce que ça sera avec Lille ou une autre équipe ? Je ne sais pas, mais j’aimerai bien connaitre la Pro A avant ma fin de carrière, ça c’est sûr ! Je me suis toujours adapté au niveau dans lequel j’évoluais donc ça ne me fait pas peur. En plus de ça, un homme grandit dans la difficulté, et j’ai encore envi de grandir (sourires).

Vous êtes sous contrat avec Lille, pouvez-vous partir ? Avez-vous des contacts en Pro A ?
Oui je suis encore lié à Lille une saison, je ne souhaite pas forcément quitter Lille, car j’y ai trouvé un équilibre et cela se ressent sur mon jeu, et la saison prochaine le but sera de jouer le haut de tableau Pro B, mais j’aimerais au moins qu’on me laisse le choix d’étudier toutes les possibilités. Oui, j’ai eu des contacts avec des équipes de Pro A, maintenant il faut faire le bon choix, tout n’est peut être pas bon à prendre. J’ai un accord avec le président. Vous savez, je viens du Burkina-Faso qui signifie « Pays des hommes intègres », et je crois encore plus à la parole donnée qu’à un contrat, c’est peut être utopique, mais c’est comme ça que j’ai été éduqué.

Comment analysez-vous votre saison et celle de votre équipe ?
Ma saison personnelle est un calque de celle de l’équipe. Pour schématiser, une première partie très inconstante et très trouble. On pouvait faire de gros résultats et ensuite se prendre de grosses claques et le groupe vivait plutôt mal. Pour ma part, je n’arrive pas à m’exprimer dans de telles conditions même si statistiquement je m’en sortais, je ne jouais pas pour autant comme je le souhaitais. Les changements effectués à la mi-saison (départ du coach et de certains joueurs), mais aussi le retour d’Emilien, ont apportés une réelle stabilité dans le groupe. Et très vite les résultats ont suivi, ce qui a renforcé le groupe. Je pense qu’individuellement, tout le monde en a profité et progressé. On finit très fort et à une marche des playoffs, c’est peut être frustrant mais au vu de la saison, on s’en sort pas trop mal !