Nanterre, en trois années dans l’élite, n’a historiquement jamais eu un centre de formation très performant, finissant, au mieux, quatorzième. Pourtant, cette saison, avec l’arrivée à maturité de Miguel Cardoso entouré par des jeunes prometteurs, on attendait mieux de cette équipe.

Le joueur majeur : Miguel Cardoso

Il était indéniablement cette saison la pierre angulaire de l’effectif francilien. Ce poste 1 d’origine portugaise, arrivé à Nanterre la saison dernière, s’est vu offert cette année une liberté totale qui lui a permis d’encore gravir des échelons et de grappiller quelques minutes en Pro A et en coupe d’Europe. Titulaire d’un statut NJFL, il a cependant était barré par l’obligation d’en aligner seulement cinq en Pro A alors qu’il était le septième sur la liste. Vous pouvez par ailleurs retrouver son interview ici.

Le 5 de départ :

Poste 1 : Miguel Cardoso : 14.6 pts à 40 % au tirs, 29 % à 3-pts, 83.6 % aux LF, 4 rebonds, 4.7 passes, 1.5 interception mais près de 3 balles perdues en 32 minutes.

Poste 2 : William Mensah : 11.6 pts à 52 % aux tirs, 32 % à 3-pts, 51 % aux LF, 4.6 rebonds, 3.4 passes, 2 interceptions, 2.4 balles perdues en 30 minutes.

Poste 3 : Guillaume Daurces : 10 pts à 36.4 % aux tirs, 34 % à 3-pts, 84 % aux LF, plus de 5 rebonds, 1 passe et 1 interception par match et 1.6 balle perdue en 28 minutes de jeu.

Poste 4 : Jean-François Basileu : 7 pts à 40 % aux tirs, 26 % à 3-pts, 76 % aux LF, 5 rebonds, 1 passe, 1.4 interception et 2 balles perdues par match en 23 minutes.

Poste 5 : Arthur Daroux : 6 pts à 47 % aux tirs, 68 % aux LF, 2.4 rebonds, 0.6 interception, 0.5 contre et 1.3 balles perdues pour 20 minutes de jeu.

La saison :

Le début de saison était déjà très compliqué avec quatre défaites initiales sur des scores lourds (-13 face à Chalon ou encore -20 à Nancy). Puis arrive très vite deux victoires de rang face à des équipes qui jouaient et se sont qualifiées pour le trophée du futur : +31 à Paris puis +9 face à l’ASVEL. C’est alors que survient une très grosse baisse de régime sans que l’on puisse incriminer quelconque blessure de joueur important. Finalement, à la fin de la phase aller, Nanterre compte 5 victoires pour 10 défaites. A ce moment de la saison, on se dit que la qualification est déjà très compromise mais pas impossible. Nanterre est même proche de réaliser l’exploit de battre pour la première fois de la saison Gravelines mais échoue à -2. Dans cette phase retour, les nanterriens perdront de nombreux matches sur le fil après avoir mené une bonne partie du match (-7 contre Paris Levallois, -6 contre Nancy, -4 contre Dijon).

L’avenir :

Malgré une saison extrêmement compliquée, Nanterre n’a cessé de laisser entrevoir une progression collective tout au long de la saison. La saison prochaine, certes Miguel Cardoso ne sera plus là, mais le reste du cinq de départ devrait bel et bien être le même. Les jeunes pousses telles que Warren Racine, Teddy Cheremond ou Arthur Kasperzec ont su montrer par moment cette saison qu’ils étaient capables d’apporter leur pierre à l’édifice en sortie de banc.

D’un avis personnel, je ne serais pas étonné qu’en 2014-2015, la JSF puisse enfin se battre pour une place au trophée du futur.