Le nouveau pivot français du Utah Jazz était l’un des invités de “Basket Time” hier soir sur RMC.

Grand espoir du basket français, Rudy Gobert (2m15, 21 ans) a été contraint de déclarer forfait à l’EuroBasket 2013 puisqu’il va subir prochainement une opération qui va le tenir éloignée des parquets pendant deux semaines. L’intéressé a expliqué que c’est dans son intérêt et celui de son équipe de passer sur le billard cet été.

“C’est un choix médical et lucide aussi car j’aurais pu me faire opérer et essayer de revenir après. Mais c’était trop juste et je n’ai pas envie de commencer une saison sur un pied. Une saison NBA, ce n’est pas rien. Avec mon ongle, il y avait eu un frottement qui se faisait puisque je mettais plus d’appuis sur mon pied droit. Il y a eu une inflammation qui s’est formée et dès que l’on me marche sur le pied, ça me fait super mal. Pendant un an j’ai joué avec cela. On n’a pas pu m’opérer cette année car avec Cholet on n’a pas voulu que je manque des matches alors que je pouvais jouer. Donc je la ferai à l’inter-saison. Il faut faire l’opération, surtout avant une saison NBA”.

Drafté en 27ème position de la dernière draft NBA par les Denver Nuggets, celui qui portera le numéro 27 (en référence au jour de naissance de son père) la saison prochaine a été directement envoyé au Jazz, franchise qui mise sur l’apport et le développement de ses jeunes talents.

“A Utah, ils ont un très bon projet “jeunes”. Ils ont laissé partir Al Jefferson et Paul Millsap. Il y a Mo Williams aussi. Je trouve que c’est bien. Plutôt que d’essayer de gratter quelques bons joueurs et jouer la huitième place pour se faire sweeper en playoffs, je trouve que c’est mieux de faire un long projet, de sacrifier quelques années et d’être vraiment opérationnel dans trois ans. Je préfère vraiment essayer de jouer le titre dans trois/quatre ans ou un peu plus plutôt que de gratter la huitième place parce que les GMs n’ont pas envie de perdre leur job. Là-bas, ils ont confiance en leur GM, en leur coach. Ils ne virent pas les coachs chaque année pour en prendre un autre. C’est stable donc c’est bien”.

Il y a un mois, le meilleur contreur du championnat de France Pro A de la saison écoulée a disputé ses premiers matches sous les couleurs de sa nouvelle équipe à l’occasion de la Summer League d’Orlando, au cours de laquelle il a particulièrement brillé et impressionné de part ses mensurations physiques notamment. Présent dans le studio de RMC, Rudy a livré ses impressions sur sa première ligue d’été et a souligné qu’avec ses coéquipiers, le jeu individuel n’avait pas vraiment pris le dessus sur le jeu collectif.

“Impressionné non, car je m’y attendais. C’est vrai que c’est différent. Déjà, je me suis entraîné pendant plusieurs jours, on s’est préparé, donc j’ai réussi à vite m’adapter aux règles et un peu au style de jeu. Et après, au fil des matches, j’ai trouvé mes marques petit à petit. […] Il y avait vraiment un bon esprit d’équipe. Après, bien sûr, en NBA c’est un peu la même chose, des fois tu as une contre-attaque, le joueur s’arrête et shoot. C’est un peu le jeu comme ça, mais moi, ça ne me dérange pas trop”.

La dernière pépite formée au Cholet Basket a aussi révélé son programme en attendant le début du training-camp, elle qui va recevoir de précieux conseils de la part de la légende Karl Malone. 

“(Karl Malone) je connais, je m’intéresse au basket d’avant. J’ai regardé quelques matches de lui à l’époque de Michael Jordan, etc… et c’est vrai que c’est quelque chose. Je ne l’ai pas encore rencontré. […] Je pars dimanche (le 18 août prochain) à Utah. Je vais me faire opérer rapidement je pense. Après, je vais aller dans un centre à Santa Barbara en Californie. C’est un centre de très haute technologie on va dire. Ils calculent tout, par rapport à l’équilibre par exemple, la force dans les jambes pour savoir si tu as plus de forces dans une jambe que dans l’autre, toutes les parties que tu as besoin de muscler, etc… C’est super pour moi au niveau de mes jambes. Je vais pouvoir me muscler et gagner en vitesse, en puissance. Mes coachs ont carrément fait un bouquin avec les projets, le programme, un peu tout ce que j’ai à faire. […] L’important en NBA, c’est d’y rester”.